Posts Tagged ‘semis’

Fin des préparatifs

2 mai 2010

Toutes mes buttes sont fin prêtes ; il ne me reste plus qu’à semer, planter, et pailler. Et ceci, juste au moment où je reprend le boulot (je vais bosser dans une entreprise générale de bâtiment pendant quelques mois, le temps de payer mes dettes, et à partir de demain (youpi, c’est la fête du travail…)). Je risque donc d’être moins présent sur mon blog, en tous cas les articles risquent de se faire plus rares (ou plus concis). En tous cas, le plus important, c’est qu’au niveau du jardin, à un ou deux jours près, j’ai eu le temps de réaliser toutes les améliorations importantes et les préparatifs pour la saison qui étaient prévus, et même d’avantage. A partir de cette saison, je devrais désormais pouvoir être autonome, en ce qui concerne le potager.

Voici donc quelques photos des quelques dernières améliorations que j’ai apportées à mon jardin ces dernières semaines :

Mes deux buttes enroulées en escargot (ou en spirale), et dont la mise en place était prévue dans un article précédent :

Une autre butte pour les gosses (et pour moi aussi un peu, bien que ma fille, malgré qu’elle soit la plus jeune des deux, a l’air de s’y investir et de s’y appliquer), en « fer à cheval », sur le chemin de la piscine :

Une autre petite butte, un peu à l’écart des autres, faite avec le trop-plein de terre des buttes précédentes (dû notamment à la présence d’anciens tas de compost), transporté à la brouette, et qui accueillera entre autre les légumes que je laisserai monter à graine pour en récolter les semences (pour l’instant, des choux rouges) :

Un coin avec des petites buttes pour les aromatiques, juste devant l’entrée de la maison, donc dans le seul endroit extérieur qui peut être éclairé par la lumière au dessus du garage, de manière à pouvoir y être rapidement et à n’importe quelle heure, même en pleine nuit, lorsqu’il manque un peu de coriandre ou de persil pour le plat…

… ou un peu de thym ou de romarin pour la tisane (sur ce muret, j’ai même planté un pied de génépi, pochtron oblige) :

Un coin pour faire des barbecues, et pour s’asseoir au coin du feu pendant les longues soirées d’été :

Et aussi un semoir suspendu dans la serre par des fils de fer, et donc à l’abri des limaces (et oui, encore elles), construit en planches de palettes, pour les semis de courges :

Publicités

Travaux de printemps

25 mars 2010

Voici venu le printemps, et avec lui, le moment de se remettre aux travaux de jardin. Tout d’abord, un petit bilan s’impose. En effet, si les fêves sont très belles, par contre, pour ce qui est des pois chiches que j’avais semé à l’automne, aucun n’est sorti. Les petits pois étaient eux en partie sortis, mais mon petit coq, qui a passé l’hiver en dehors du poulailler, les a dévorés au fur et à mesure qu’ils sortaient. Cette fois j’ai enfin réussi à l’attraper, et le voici parti chez Toolate, qui va lui confectionner un poulailler, où il pourra s’épanouir avec des poules rien que pour lui. Du coup, au début du mois de mars, j’ai pu semer de nouveau les pois. D’ailleurs, les pois chiches commencent déjà à sortir, en cette fin mars.

En même temps que les pois, c’est aussi le moment de semer les carottes, ainsi que les pommes de terre primeurs. Cette année, j’ai décidé de tenter l’expérience pour les pommes de terre, en ne les enterrant pas. Je les dispose simplement sur le sol, en les enfonçant légèrement dans la terre meuble, en appuyant légèrement dessus, un peu à la manière de l’ail.

Puis je les recouvre d’une dizaine de centimètres de paille, dans laquelle les pommes de terre devraient aisément pouvoir se multiplier. Enfin, pour être certain qu’elles soient bien dans le noir (auquel cas elles risqueraient de verdir, et de devenir toxiques), je recouvre cette paille d’une bonne couche (4 ou 5 cm) de tontes de gazon.

A gauche des pommes de terre, j’ai semé toute une ligne de carottes, pour lesquelles j’ai mélangé les graines avec du terreau, du sable, et de la sciure, avant d’épandre ce mélange dans le sillon (la sciure devant permettre à ce mélange de mieux retenir l’humidité, les carottes nécessitant une terre constamment humide pendant au moins 10 jours pour germer). A droite, dans quelques jours, je sèmerai une ligne d’un mélange de laitues, de radis, et de betteraves.

L’ail commence à être très beau. Les échalotes aussi, alors que les oignons blancs (butte de gauche) et rouges (butte de droite) ont un peu souffert de la neige (3 fois cet hiver, tout de même).

Enfin, je suis monté dans le cerisier, et j’ai pris quelques photos du jardin vu d’en haut, et de mes farfadets qui y gambadent joyeusement (du nord au sud) :

Les bourgeons du cerisier sont en train de s’ouvrir, d’ailleurs…